EAGLE PREMIER et DODGE MONACO – Les dernières Renault américaines.

Histoire

DODGE MONACO 1

Modèles de personnalité et d’aspect assez classiques voire presque anonymes, l’Eagle Premier et la dernière génération de la Dodge Monaco furent bien les derniers modèles conçus par Renault pour le marché américain… Même si elles n’ont pourtant jamais porté le nom ni le logo de la marque au losange !

DODGE MONACO 2

Au début des années 80, la gamme de modèles d’AMC, le quatrième des constructeurs américains – derrière General Motors, Ford et Chrysler – se réduisait à la Concord (dont la production cessera en 1983) et de l’Eagle. La production des dernières grandes berlines de la marque, l’Ambassador et la Matador avait, elle, cessée en 1974 et 78.

DODGE MONACO 3

Conscients de la nécessité de proposer une berline de taille medium (à l’échelle américaine, soit l’équivalent d’une berline haut de gamme sur le marché européen), les responsables de Renault – propriétaire d’AMC depuis 1979 – développent alors deux variantes de ses futures berlines. Il faudra toutefois attendre début 1987 pour voir apparaître la première d’entre-elles, la Medallion, basée sur la R21. La seconde, elle, sera basée sur la plate-forme du nouveau haut de gamme de la marque au losange, la R25, lancée sur le marché français en 1984. Comme toutes les variantes américaines des Renault, elle aurait donc dû, elle aussi, en porter le nom et les logos.

DODGE MONACO 4

Mais, en 1987, alors que la Medallion vient à peine de faire son apparition, en proie à de nombreuses difficultés sur la scène européenne et voyant sa filiale américaine connaître des pertes sévères et des ventes sans cesse décroissantes (non seulement face aux modèles similaires proposés par les autres constructeurs américains mais aussi ceux des marques japonaises), Renault décide finalement, à l’automne 1987, de quitter le marché américain et vend AMC à Chrysler.

DODGE MONACO 5

Ce dernier est surtout intéressé par la marque Jeep, qui était la propriété d’AMC et figure donc dans les biens vendus par le constructeur français. Si la production des Renault Alliance et Encore (clone des R9 et R11) est alors arrêtée, celle de la Medallion se poursuit sous la marque Eagle, créée spécialement par Chrysler pour la circonstance (En référence au nom que portait le dernier modèle produit par AMC).

DODGE MONACO 6

Dans l’inventaire des biens vendus par Renault, ce dernier découvre également le projet de la Premier. Le développement étant déjà entièrement achevé, la voiture prête à être produite et Chrysler manquant, à ce moment-là, de berlines médium dans les gammes de ses propres marques, la direction de la marque au pentastar se dit que la Premier fera très bien l’affaire.

DODGE MONACO 2 DODGE MONACO 7

L’Eagle Premier fait ainsi son apparition à la fin de l’année 1987 (Environ 200 exemplaires de pré-série auraient été construits sous la marque Renault avant le rachat par Chrysler). Bien que basée sur le châssis de la Renault 25, elle n’en reprenait, en ce qui concerne la carrosserie, que les portières et le pavillon de toit. Les berlines à hayon (comme l’était la R25) n’étant guère prisées (à l’époque comme aujourd’hui) aux Etats-Unis, les responsables de Renault ont fait appel au designer italien Giugiaro pour concevoir une berline trois volumes à 4 portes de ligne plus classique. Le marché des berlines médium étant l’un des segments les plus porteurs du marché automobile, Chrysler espérait parvenir à vendre environ 150 000 exemplaires par an de la Premier…

DODGE MONACO 8

L’accueil du public ne va cependant pas être à la hauteur des espérances et à peine 40 000 exemplaires, environ, sortiront des chaînes en 1988. Convaincu que ce manque de succès vient du manque d’image de la nouvelle marque Eagle, Chrysler décide de créer un clone de la Premier et de l’inclure dans l’une de ses autres divisions. C’est ainsi qu’apparaît la Dodge Monaco. Par rapport à l’ Eagle Premier, disponible en trois motorisations, la Monaco, elle, n’ était vendue qu’ avec un seul moteur et à un prix plus élevé (dû à un équipement plus fourni). Bien que produite, elle aussi, dans l’ancienne usine AMC-Renault située à Brampton, dans la province d’Ontario, au Canada, la Dodge Monaco ne fut pourtant jamais vendue sur le marché canadien.

DODGE MONACO 9

Cette dernière ne connaîtra, en tout cas, pas plus de chances que l’Eagle. Cette dernière disparaîtra finalement du catalogue du groupe Chrysler en 1991 et la Monaco l’ année suivante.

 

Texte Hubert Florentini

Written by Jack

Laisser un commentaire