AMC HORNET et CONCORD – Des Américaines Bien Tranquilles. Suite

Histoire

CONCORD 8

Cette version fut également proposée sur l’Eagle. Bien que vendue par le réseau AMC, moins de 200 exemplaires – Eagle et Concord confondus – en furent construits). Une version sportive, baptisée AMX, était également disponible, uniquement avec la carrosserie break.

La finition D/L, elle, se caractérisait par l’arrière du pavillon de toit recouvert de vinyle, avec aussi, sur le coupé, des fenêtres de custode style « opéra » (plus petite que les vitres arrière classiques. Ainsi que, à l’intérieur, des sièges recouverts de velours et un tableau de bord garni de placages de bois.

Quant à la version Sport, elle se reconnaissait à ses jantes spécifiques et aussi à ses décorations sur les flancs.

CONCORD 13

La version de base, elle, n’était disponible qu’en berline ou en coupé.

La motorisation standard était un six cylindres 3,8 litres. Un autre 6 cylindres, de 4,2 l, ainsi qu’un V8 5 litres étaient également disponibles, mais seulement en finition D/L. Un quatre cylindres 2,5 l, d’origine Volkswagen-Audi, était également disponible, qui a aussi équipé la Gremlin puis la Spirit. (Un moteur qu’on retrouvera notamment sur la Porsche 924, à la différence que, sur cette dernière, il recevait un système d’injection contre des carburateurs sur l’AMC Concord). Pour la transmission, le client avec le choix entre une boîte automatique à 3 rapports ou une boîte manuelle à 3 ou 4 rapports.

CONCORD 14

Pour le millésime 1979, la Concord reçoit une nouvelle calandre avec des barres verticales ainsi que des pare-chocs légèrement remaniés. Une nouvelle finition, baptisée Limited, a également été introduite. Disponible seulement sur la berline et le coupé, celle-ci se caractérisait par une sellerie en cuir, des moquettes plus épaisses, des lampes supplémentaires pour l’éclairage de l’habitacle, un système de radio complet ainsi que des enjoliveurs couleur carrosserie. Les finitions Sport et AMX, en revanche, disparaissent du catalogue.

CONCORD 15

Cette année-là, pour célébrer les 25 ans de la fusion entre Nash et Hudson, les deux marques fondatrices d’AMC, une série limitée « Silver Anniversary » est présentée. Elle se distinguait par sa carrosserie argentée en deux tons, son toit vinyle lui aussi de couleur argentée, ses jantes spécifiques, ses insignes commémoratifs et la sellerie en velours côtelé noir ou roux.

L’année 1980 voit la disparition du coupé à hayon, ainsi que de la boîte de vitesses manuelle à rapports. Sur les finitions D/L et Limited, les berlines reçoivent un toit entièrement recouvert de vinyle ainsi que des fenêtres de custode de style « opéra » de forme triangulaire. Les coupés reçoivent eux aussi ce type de vitres latérales, mais de forme carrée. Tous les modèles reçoivent également de nouveaux feux arrière. La calandre est à nouveau modifiée avec, cette fois, une seule barre chromée horizontale.

Côtés moteurs, le quatre cylindres VW est remplacé par l’Iron Duke de General Motors (que l’on retrouve sur la plupart des berlines et coupés des gammes compacte et intermédiaire de la GM. Les 6 cylindres 3,8 litres et V8 sont également abandonnés, ne laissant plus que le « nouveau » 4 cylindres GM ainsi que le six cylindres 4,2 l au catalogue.

CONCORD 18

Le millésime 1981 voit la Concord changer une nouvelle fois de calandre. Celle-ci s’ornant maintenant de trois barres verticales. En dehors de cela, la Concord ne connaîtra, cette année-là, que peu de changements. Tout comme en 1982, où le seul changement significatif est l’ajout d’une boîte manuelle à 5 rapports en option.

L’année 1983, la dernière de la production de la Concord, voit la disparition du coupé, ainsi que du moteur 4 cylindres. Tous les modèles de ce dernier millésime étant donc équipés du six cylindres 4,2 l.

Déjà concurrencée depuis plusieurs années, dans le réseau AMC, par la Renault 18 (suite au rachat du groupe American Motors par le constructeur français en 1980), la Concord sera remplacée, tout comme la Spirit, par la Renault Alliance.

 

Outre cette dernière, la plate-forme de la Hornet servira également de base à celle de l’Esprit (la remplaçante de la Gremlin) ainsi qu’à celle de l’innovante Eagle à transmission intégrale. Ce qui fera de la famille de la Hornet et de ses dérivés celle qui aura connu la plus longue carrière dans l’histoire d’AMC: Pas moins de dix-huit ans, entre 1969 et 1987.

 

Texte Hubert Florentini

Written by Jack

Laisser un commentaire