ARBEL / SYMETRIC – Une révolutionnaire… arnaque !

Histoire

SYMETRIC 7

Imprimé en grand format (26 x 35 cm) sur papier glacé, le luxueux catalogue Arbel décrit la Symétric 1958 en français et en anglais… sans toutefois trop s’ aventurer dans les détails techniques. Une série de superbes dessins en couleurs y montrent la voiture sous toutes ses faces. Outre ses portes bombées en deux parties qui s’ escamotent par glissement sous le toit et sous le plancher, l’ arbel se singularise par l’ abondance de ses chromes et l’ importance de la taille de ses pare-chocs, aussi bien à l’ avant qu’ à l’ arrière. Si l’ on ajoute à cela les quatre phares surmontés d’ énormes visières et les ailerons arrière aux formes délirantes, l’ inspiration d’ origine américaine semble indéniable. Le patron d’ Arbel s’ intéressant aussi aux taxis, il présente dans son catalogue une Symétric spécialement destinée à cet usage, munie de pare-chocs droits fort imposants (comme en auront plus tard les taxis américains Checker). Parmi tous les équipements originaux dont doit être équipé l’ Arbel, si certains apparaissent assez farfelus, d’ autres, en revanche, apparaissent plutôt ingénieux et même fort utiles, comme un cric automatique, un éclairage latéral sur la gauche de la voiture s’ allumant automatiquement lors des croisements, un remplissage automatique du lave-glace par l’ eau de pluie, un indicateur de vitesses transparent disposé sur la planche de bord dans le champ visuel du conducteur, des repères de peinture fluorescente autour des serrures,…

SYMETRIC 8

Le jeune patron de la société Arbel ne manque assurément pas d’ audace et l’ ampleur de ses projets laisse supposer qu’ il dispose de moyens financiers considérables. Il envisage en effet l’ édification d’ une importante usine, soit en Ile-de-France, soit aux environs de Nice, et il souhaite en outre acquérir l’ une des grandes compagnies parisiennes de taxis. L’ entreprenant constructeur prévoit aussi des voitures sportives et il imagine même de faire courir une Symétric aux 24 Heures du Mans en 1959 !…

SYMETRIC 10

Pour les mois à venir, le programme d’ Arbel se limite à la construction d’ une centaine de voitures à moteur classique (dont une cinquantaine de taxis) dans les ateliers actuels de la société. Dans l’ immédiat, aussitôt après sa présentation au Pré-Catelan, le prototype Arbel part pour le Salon de Genève qui ouvre ses portes le 12 mars 1958. A cette occasion, la firme annonça la commercialisation prochaine de la version à moteur « classique » de la Symétric au prix de 900 000 FF (de l’ époque), soit le prix de base d’ une Citroën DS, mais si quelques clients intéressés se laissèrent convaincre de verser un acompte à la société Arbel, aucun d’ eux ne put jamais s’ installer au volant de la voiture qu’ il avait commandé, ni obtenir non plus le remboursement des acomptes qu’ ils avaient versé.

SYMETRIC 9

Très rapidement, on s’ apercevra, en effet, que tout le battage publicitaire fait autour de l’ Arbel ne reposait que sur du vent. Etablie sur une base technique insuffisamment solide et ne bénéficiant d’ aucune implantation industrielle sérieuse et solide, cette seconde version de la Symétric n’ entrera jamais en production et elle ira rejoindre la cohorte des utopies qui ont jalonné l’ histoire de l’ automobile. La société Arbel sera finalement dissoute en 1959. On ignore ce que sont devenus les prototypes (Celui réalisé par Casimir Loubières en 1951 comme celui commandé par la société Arbel en 1958), mais il est probable que l’ un comme l’ autre ont été détruits peu de temps après. L’ issue peu glorieuse que connue l’ aventure de la Symétric ait nuit, de manière presque irrémédiable, à la réputation de son inventeur car, même si la responsabilité de cette arnaque revient (en grande partie) au directeur de la société Arbel, qui avait noué un partenariat avec ce dernier et s’ était engagé à commercialiser sa création, aucun autre des projets développés par la suite par Casimir Loubières ne semble avoir connu de suite commerciale. Quant au patron de la société Arbel, une fois celle-ci mise en liquidation, il semble avoir disparu de la circulation et ne fit, en tout cas, plus jamais parler de lui.

Serge Buren

 

 

 

Written by Jack

Laisser un commentaire