FACEL-VEGA FACELLIA

Histoire

FACEL VEGA - 9

Pour tenter de redresser la barre, Jean Daninos annonce une version F2 « S » plus sportive au Salon de Genève 1961, juste après le lancement de la Facellia F2. L’ alimentation de ce nouveau modèle marque un progrès réel car elle fait appel à deux carburateurs Weber double corps horizontaux qui permettent d’ obtenir 126 chevaux au lieu de 115 précédemment. Le prototype de de cette Facellia F2 « S » avait été essayé un an plus tôt et il avait battu le record de sa catégorie en atteignant la vitesse de 192 km/h sur un kilomètre parcouru dans les deux sens. Homologué par la Fédération internationale de l’ automobile, ce record avait été établi en mai 1960 sur le tronçon (fermé au public pour la circonstance) d’ une autoroute belge de la région d’ Anvers.

FACEL VEGA - 8

Cette version améliorée figura au catalogue du constructeur, mais celui-ci n’ eut pas la possibilité de la commercialiser comme il le souhaitait. Confronté à de graves problèmes de trésorerie après le refus des banques de lui accorder une aide significative, Jean Daninos dut accepter une intervention des pouvoirs publics qui allait limiter son autorité au sein de son entreprise. Sous la pression du ministre des Finances et de l’ industrie, on nomma de nouveaux actionnaires qui devinrent majoritaires et obligèrent Jean Daninos à présenter sa démission le 9 août 1961. Remplacé huit jours plus tard par un nouveau PDG issu de la société Mobil-Oil (l’ une des entreprises actionnaires de la marque, avec Pont-à-mousson et Hispano-Suiza), Daninons resta tout de même vice-président et conserva la direction technique et commerciale de l’ entreprise.

Le nouveau président confia à la société « Le Moteur Moderne » la délicate mission d’ améliorer le moteur de la Facellia, avant de décider la poursuite de la production.

FACEL VEGA - 6

Tant bien que mal, « Le Moteur Moderne » tenta de motoriser la Facellia d’ une manière plus fiable et plus performante. Sans changer la cylindrée, ce préparateur est, malgré tout, parvenu à tirer 120 ch (au lieu de 115 sur la version F2) et 131 ch au lieu de 126 sur la F2 « S ».

Les Facellia présentées au Salon de Paris en octobre 1961 se reconnaissaient immédiatement à leurs nouveaux phares doubles logés sous un globe transparent améliorant l’ aérodynamique. Il s’ agit des optiques « Mégalux », créées par l’ équipementier Marchal, dont les blocs verticaux s’ inspirent des projecteurs lancés peu de temps auparavant sur les berlines Mercedes 220 S et 220 SE. Simultanément, la planche de bord des Facellia hérite de l’ étonnante décoration « façon bois » adoptée sur les Facel-vega V8 depuis six ans.

FACEL VEGA - 5

Au Salon de Paris d’ octobre 1962, les Facellia subissent de légères modifications qui justifient leur nouvelle appellation « F2 B ». Lorsque la production des Facellia s’ arrêtera, au printemps 1963, la production totale s’ élèvera à 1 209 exemplaires (992 cabriolets, 48 coupés deux places et 169 coupés quatre places).

Au cours des mois ayant précédé l’ ouverture de ce Salon d’ octobre 1962, le destin de la société Facel s’ est encore obscurci. La situation financière continuait de se dégrader en dépit des efforts des nouveaux investisseurs et d’ un prêt du Crédit national, les représentants de Pont-à-mOusson et d’ Hispano-Suiza avaient démissionné du conseil d’ administration en février 1962. Après avoir voté le principe d’ une liquidation à l’ amiable, il avait été décidé de placer la société facel sous l’ autorité de l’ administrateur judiciaire Pierre Bévierre. Ce dernier réussit à maintenir l’ activité de l’ entreprise grâce à l’ avis favorable du tribunal de commerce. Maître Bévierre demanda à un nouveau gestionnaire de prendre le contrôle de l’ entreprise le 1er avril 1962, en gardant toutefois Jean Daninos au sein de l’ entreprise, en tant que Directeur technique et commercial.

FACEL VEGA - 4

Toujours handicapée par la mauvaise réputation de son moteur 1,6 litre Pont-à-mousson, la Facellia F2 B ne parvint pas à s’ imposer sur le marché français et les dirigeants de Facel décidèrent finalement d’ abandonner cette motorisation « maudite ». Grâce à un assouplissement récent de la réglementation des importations, ils purent s’ adresser à un fournisseur étranger, en l’ occurence le constructeur suédois Volvo, qui accepta de fournir son moteur quatre cylindres 1,8 litre de 108 chevaux, ainsi que la boîte de vitesse qui l’ équipait. Ceux-ci se retrouvèrent ainsi sous le capot de la nouvelle version de la Facellia, baptisée Facel III et présentée au mois d’ avril 1963. Si la base mécanique demeurait semblable à celle de la Facellia, sur le plan esthétique, la Facel III se distinguait de ses devancières par sa grille de calandre modifiée et un coffre arrondi à l’ arrière. Le choix des carrosseries proposées au catalogue, pour ce nouveau modèle, se limitait au coupé quatre places et au cabriolet. Un coupé à deux places était initialement prévu au sein de la gamme, mais il ne sera produit qu’ à un seul et unique exemplaire.

FACEL VEGA - 3

Lancée en avril 1963, la Facel III ne durera toutefois qu’ une année seulement et, étant donné cette carrière forte courte, elle n’ aura été vendue, en tout et pour tout, qu’ à 618 exemplaires (dont 189 cabriolets et 489 coupés).

En mai 1964, la marque annonce, lors d’ une conférence de presse, la création de son premier modèle à moteur six cylindres, motorisé par la British Motor Corporation. Jean Daninos a négocié un accord avec sir Leonard Lord, le PDG du groupe britannique, pour obtenir le moteur de l’ Austin-Healey 3000 Mk II. Une version spéciale de ce moteur, dont la cylindrée a été réduite de 2 912 à 2 860 cc, a été développée spécialement pour Facel afin de réduire la puissance fiscale sur le marché français. La Facel VI dispose d’ une puissance de 150 chevaux et peut atteindre la barre des 195 km/h. Extérieurement, on remarque le montage de roues fil (de marque Borrani ou Dunlop, suivant la disponibilité) et le léger allongement du porte-à-faux à l’ avant. Proposée, comme la Facel III, en coupé et en cabriolet, la facel VI ne sera, malheureusement, produite que pendant quelques mois seulement et 32 exemplaires à peine sortiront des usines Facel.

FACEL VEGA - 13

Les Facel III et Facel VI ont marqué les derniers mois d’ existence de la firme fondée par jean Daninos. En juillet 1963, trois mois après la présentation de la Facel III, l’ entreprise semble en bonne voie de redressement lorsque Maître Pierre Bévierre, l’ administrateur judiciaire nommé un an plus tôt, confie les usines Facel en location-gérance, pour une période d’ un an, à la Sferma, une filiale de Sud-Aviation présidée par Jean Badré. Hélas, au terme de la première année de gestion, la société ne recevra pas l’ autorisation de renouveler son contrat, qui avait pris effet le 1er octobre 1963. Affligés par cette interruption brutale, à la veille du Salon de Paris de 1964, paul Badré et Jean Daninos apprirent, par la suite, que la Sferma et Sud-Aviation, qui étaient toutes des entreprises nationalisées, avaient dû se plier au refus catégorique du ministre des Finances de tout nouvel investissement au sein de la société Facel. On vit tout de même encore n stand Facel-Vega au Salon de 1964, mais sans aucun représentant de la firme. Celle-ci ferma définitivement ses portes le 31 octobre 1964, laissant le souvenir d’ une belle occasion perdue.

 

Serge Buren

Written by Jack

More articles
Latest articles

Laisser un commentaire