CHEVROLET CAPRICE et IMPALA – Flic Story. Ep2

Histoire

 

CAPRICE et IMPALA 6

La Caprice du millésime 1972 ne reçue que des modifications mineures par rapport à celle de l’ année-modèle précédente, avec une calandre redessinée et plus basse ainsi que d’ un nouveau pare-choc avec une protection accrue. A l’ arrière, un nouveau pare-choc fit également son apparition, intégrant désormais les feux. Les grilles du système d’ aération étaient désormais placées sur les montants des portières et non plus sur le couvercle du coffre, comme auparavant. L’ offre de motorisations demeurant identique, à la différence que les chiffres affichés étaient maintenant ceux des puissances nettes: 170, 210 et 240 ch pour les différentes versions du V8 6,6 litres et 270 ch pour le V8 7,4 litres (230 ch sur les versions breaks). Sur le plan des carrosseries, une nouvelle berline « classique » (avec un montant central entre les portières) fit son apparition (Toutes les berlines proposées jusque-là étant de type hard-top).

CAPRICE et IMPALA 7

Les faces avant et arrière de la Caprice furent redessinées pour le millésime 1973, afin de répondre à la nouvelle réglementation en matière de sécurité, qui imposait à présent que les ouvreaux modèles mis en circulation soient équipés de pare-chocs pouvant supportés des chocs jusque’ à 8 km/h sans subir de dégâts apparents. En plus des pare-chocs plus épais (avec des feux arrière, eux aussi, redessinés), la calandre, présentant maintenant un maillage vertical, affichait une forme d’ étrave plus prononcée que sur les modèles précédents. A cause des nouvelles normes sur les gaz d’ échappements, la puissance des moteurs à continuer à baisser. L’ offre en matière de motorisations avait d’ ailleurs été sensiblement réduite: Le V8 6,6 litres n’ était, à présent, plus disponible qu’ en un seul modèle, n’ affichant maintenant plus que 150 ch. Le V8 7,4 litres, quant à lui, voyait sa puissance réduite à 245 ch (215 sur les moteurs équipant les breaks). La gamme des carrosseries s’ enrichie toutefois cette année d’ une version cabriolet, jusque-là proposé uniquement au sein de la gamme Impala. Le break Kingswood Estate fut, de son côté, rebaptisé plus simplement Caprice Estate.

CAPRICE et IMPALA 8

Pour se conformer à la réglementation dans le domaine de la sécurité passive, qui devenait plus triste chaque année, la taille des pare-chocs augmenta encore sensiblement avec l’ apparition des modèles du millésime 1974. Dans le même objectif, le pilier central de la berline « classique » fut renforcé, ainsi que les montants du pavillon de toit sur la berline hard-top. Sur le plan esthétique, outre un nouveau dessin de la calandre, de nouvelles fenêtres de custode style « Opera » firent aussi leur apparition sur la version coupé. Du côté des moteurs, on notera l’ apparition d’ une nouvelle version du V8 6,6 litres, équipée d’ un carburateur à quatre corps et délivrant 180 ch, qui devint la motorisation standard sur les voitures vendues en Californie (qui était déjà, à l’ époque, l’ un des états les plus stricts en matière d’ émission de pollution). Les autres moteurs furent reconduits mais, suite à de nouvelles adaptations pour se conformer à la législation, le V8 7,4 l perdit une dizaine de chevaux. Un nouveau système de sécurité fit également son apparition, lequel obligeait le conducteur et le passager avant à boucler leurs ceintures de sécurité avant de pouvoir démarrer. Un système sans-doute intelligent mais qui fut fort impopulaire auprès de la clientèle et suscita même un tollé tel que, sous la pression des instances gouvernementales, Chevrolet dut l’ abandonner quelques mois à peine après son introduction.

CAPRICE et IMPALA 9

C’ est toujours la législation en matière de sécurité qui fut à l’ origine de la plupart des modifications apportées à la Caprice pour l’ année 1975, comme le pare-choc avant désormais presque entièrement rectiligne (et non plus en forme de pointe en son centre comme cela avait été le cas sur les modèles des deux millésimes précédents), simplement légèrement recourbés au niveau des phares. Pour le reste, sur le plan esthétique, on notera une calandre et des feux arrière à nouveau redessinés, ainsi qu’ une nouveau dessin du pavillon sur la berline hard-top, dont le montant arrière recevait maintenant une glace de custode forme triangulaire. A l’ intérieur, outre un nouveau compteur de vitesse désormais gradué jusqu’ à 100 miles (160 km/h) uniquement (Ceci, parce que le législateur estimait qu’ un compteur affichant des chiffres supérieurs était une incitation aux excès de vitesse). Ce fut la dernière année de production pour le cabriolet qui, comme ses cousines – Oldsmobile Delta 88, Buick LeSabre et Pontiac Grand Ville – disparaîtra du catalogue à la fin de l’ année. La production des voitures décapotables étant devenue assez marginale ou ne représentant, en tout cas, plus une part suffisante aux yeux de la direction de General Motors pour justifier leur maintien en production. (Ceci, aussi, par crainte de nouvelles lois ultra-sécuritaires, qui ne verront, cependant, au final, jamais le jour). L’ économie de carburant étant, plus que jamais, une priorité, les responsables de Chevrolet ajoutèrent une nouvelle motorisation de base au catalogue, un V8 5,7 litres de 1975, qui fut proposé uniquement en Californie (pour les raisons décrites plus haut) et où il équipa désormais tous les modèles de manière standard (les autres moteurs n’ étant désormais plus proposés qu’ en option) à l’ exception des breaks. En dehors du V8 7,4 l, toutes les motorisations recevaient désormais un système d’ échappement individuel équipé d’ un pot catalytique. A noter également l’ introduction d’ un nouveau système d’ allumage désormais électronique. Pour aider (ou inciter) le conducteur à économiser le carburant, une nouvelle jauge calculant la consommation moyenne fut ajoutée au tableau de bord. Un nouveau niveau de finition, baptisé « Landau » fit aussi son apparition au catalogue. Celui-ci comprenait un choix de teintes de carrosseries spécifiques, des rétroviseurs d’ appoints, des enjoliveurs de couleur assortie à celle de la carrosserie et un toit recouvert de vinyle.

CAPRICE et IMPALA 11

A suivre

Written by Jack

Laisser un commentaire