CADILLAC BROUGHAM, FLEETWOOD BROUGHAM, DEVILLE ET DTS – Les dernières vraies Cadillac.

Histoire

 

BROUGHAM (1977 – 1992).

CADILLAC Brougham 1

 

L’ appellation Brougham est apparue pour la première fois au sein de la marque Cadillac en 1925, lorsque celui-ci s’ est adjoins les services du carrossier Fleetwood (qui sera racheté par General Motors – à qui appartenait également la marque Cadillac – en 1931). Le nom Fleetwood servira alors à désigner les limousines les plus cossues de la gamme de la division de prestige de General Motors. Celui de Brougham, quant à lui, disparaît du catalogue en 1937 et ne fera sa réapparition qu’ en 1955, sur le show-car Eldorado Bougham, qui sera commercialisé deux ans plus-tard. En 1965, cette appellation réapparaît à nouveau pour désigner la version la plus cossue de la série Sixty Special. Ce qui sera le cas jusqu’ en 1970. A cette date, la Brougham devient la seule version disponible sur ce modèle. Lorsque celui-ci est retiré du catalogue, en 1977, la Brougham devient alors le nouveau modèle haut de gamme de Cadillac. (Elle sera d’ abord désignée sous l’ appellation Fleetwood Brougham jusqu’ en 1986 puis Brougham tout court à cette date, le nom Fleetwood servant désormais à désigner une berline de catégorie « intermédiaire », située un cran en-dessous de la Brougham). En 1987, la Brougham est le dernier modèle de la marque à être resté fidèle à la propulsion, tous les autres modèles (Seville, Eldorado, Allante, DeVille et Fleetwood) s’ étant, en effet, convertie à la traction avant. Initialement produite à Detroit, dans l’ usine construite par le carrossier Fleetwood, pour y produire ses carrosseries, en 1921, lorsque cette dernière est fermée, en 1987, la production de la Brougham est alors transférée à l’ usine d’ Arlington, au Texas, où seront produites, par la suite, les autres modèles haut de gamme des marques de General Motors (Buick Roadmaster, Cadillac Fleetwood Brougham et Chevrolet Caprice) dans les années 90. Au cours de sa longue carrière, qui s’ est étalée sur quinze ans, la Brougham ne connaîtra que peu de changements, que ce soit du point de vue cosmétique comme sur le plan mécanique.

CADILLAC Brougham 2

Seul le dessin des phares, des pare-chocs et de la calandre permettant de différencier les millésimes. Quant aux moteurs, leur cylindrée et leur puissance variera au fil des années: Entre 180 et 195 ch à la fin des années 70, pour tomber à 145 au début des années 80 (à cause des nouvelles normes anti-pollution), avant de remonter à 175 ch en 1990. (La Brougham pouvait également reçevoir, à cette date, sur commande spéciale, un V8 Chevrolet développant 185 ch). Le dernier exemplaire de la Brougham sortira des chaînes en juin 1992. Le nom se verra alors, à nouveau, accolé à celui de Fleetwood pour désigner sa remplaçante, la Fleetwood Brougham, qui, bien qu’ assurant avec brio, comme sa devancière, le rôle de vaisseau amiral de la marque, ne connaîtra, elle, qu’ une carrière éphémère puisque sa production sera arrêtée à la fin de l’ année 1996. L’ appellation Brougham disparaît alors définitivement de la gamme Cadillac.

CADILLAC Brougham 3

La suite demain

Written by Jack

Laisser un commentaire