FORD THUNDERBIRD VII à X – Le crépuscule de l’ Oiseau du Tonnerre. Ep3

Histoire

 

FORD THUNDERBIRD 6

Bien que figurant alors au catalogue Ford sans interruption depuis son apparition en 1955, la carrière de la Ford Thunderbird ne fut pas toujours un long fleuve tranquille ou faite uniquement de croisières à haute vitesse sur les highways ou de parades sous le soleil le long des plages de Malibu ou de Palm Beach. Comme tous les modèles de la production américaine un tant soit peu sportives, elle dut traverser une forte zone de turbulences lors de l’ éclatement des deux premières crises pétrolières dans les années 70. Comme sa soeur, la Mustang, elle fut obligée de se serrer la ceinture et de subir un régime drastique comme condition indispensable de sa survie. Une cure qui passe par une réduction assez conséquente de ses dimensions comme du gabarit de ses moteurs. Sa longueur passant, ainsi, au fil des générations, de 5,71 mètres en 1972 à 5,53 m en 1997 puis 5,50 m en 1980. Un rétrécissement qui ne s’ interrompe pas et se poursuivit même avec la neuvième génération de la Thunderbird, présentée en 1983. Plus que cette nouvelle réduction des dimensions (La nouvelle monture affichant désormais 5,13 m de long, en tout), elle se caractérise surtout par sa carrosserie, d’ un style totalement nouveau. Le modèle abandonne, en effet, définitivement le sylve baroque, avec les lignes et angles droits, et aussi les chromes à tous les étages, des précédentes générations pour un design nettement plus sobre, dôté d’ un aérodynamique beaucoup plus soigné, où les lignes et les angles arrondis prédominent désormais. Une nouvelle orientation en matière de style qu’ on avait déjà pu voir avec le lancement de la nouvelle berline familiale de la division européenne de Ford, la Sierra, présentée l’ année précédente, et qui se manifestera aussi, sur le marché américain, avec le lancement de la nouvelle génération de la Lincoln Continental ou, quelques années plus-tard, celui de la Ford Taurus. Basée sur la plate-forme Fox (Sur laquelle était également construite ses cousines, les Mercury Cougar et la Lincoln Mark VII, et qui servit aussi de base, dans des versions différentes, à la plupart des autres modèles américains du groupe Ford de la fin des années 70 et des années 80, comme les Ford Fairmont, Granada, Mustang III et IV, la Lincoln Continental et les Mercury Zephyr et Capri). La Thunderbird était proposée en trois niveaux de finition: base, Heritage et Turbo.

FORD THUNDERBIRD 8

Les deux premières versions étaient équipées du V6 Essex 3,8 litres de 110 ch, accouplé à une boîte de vitesses automatique à 3 rapports ou, en option, du V8 Windsor 5 litres de 140 ch. La version haut de gamme, la Turbo, elle, était équipée d’ un quatre cylindres Turbo 2,3 litres avec un système de contrôle électronique du moteur. Contrairement aux autres modèles, elle reçevait une transmission manuelle à cinq vitesses. Elle était également équipée d’ un différentiel à glissement limité, de jantes et de pneus plus grand ainsi que d’ un tableau de bord à affichage analogique. L’ année suivante, la version Turbo devint aussi disponible avec la transmission automatique. Une nouvelle version, baptisée FILA, fit également son apparition au catalogue, qui se caractérisait par un choix de teintes et de jantes spécifiques. En 1985, la puissance de la Turbo passa à 155 ch et celle-ci reçue également, comme tous les autres modèles de la gamme, un nouvel intérieur. Pour commémorer le trentième anniversaire de la Thunderbird, un modèle spécial, proposé en édition limitée, fut spécialement créé à cette occasion, doté d’ une teinte bleue unique et de nombreux équipements spécifiques. Le seul changement pour l’ année 1986 fut la suppression de la version FILA. Cette année-là, Ford a commencé à travailler sur le projet MN12, qui devait aboutir à une toute nouvelle génération de Thunderbird. Les responsables de la marque jugèrent toutefois que présenter dès maintenant ce nouveau modèle serait un trop grand changement pour le public et décidèrent d’ en différer le lancement, préférant capitaliser sur le succès dont l’ actuelle génération de la Thunderbird continuait de jouir. Pour l’ année-modèle 1987, les stylistes de Ford, dans le but de maintenir ce succès, apportèrent toutefois un léger lifting à la Thunderbird, en particulier sur la face avant, avec de nouveaux phares de plus grande dimensions, en forme d’ amandes. La gamme étant à présent constituée de deux finitions, LX et Sport. La première étant vendue avec le V6 et la seconde avec le V8. La version Turbo figurait toujours au catalogue, maintenant équipée d’ un intercooler emprunté à la Mustang SVO, qui portait la puissance à 190 ch (avec la transmission manuelle, celle-ci baissant à 150 ch avec la transmission automatique).

FORD THUNDERBIRD 9

De l’ extérieur, elle se distinguait par ses prises d’ air sur le capot (qui n’ étaient pas là que pour des raisons esthétiques mais aussi pour permettre d’ assurer le bon fonctionnement de l’ intercooler) et la surpression de la calandre (remplacée par un simple masque métallique avec l’ emblème de la Thunderbird, un oiseau aux ailes déployées), une paire de phares anti-brouillard sous le pare-choc, l’ inscription « Turbo Coupe » sur les portières et des jantes spécifiques de 16 pouces. Après cela, la Thunderbird ne connaîtra plus d’ autres changements jusque’ à son remplacement par la nouvelle génération en 1989.

FORD THUNDERBIRD 12

Lorsque la nouvelle Thunderbird fait son apparition, fin 1988, ce célèbre coupé grand tourisme de Ford en est déjà à sa dixième génération depuis 1955. Au cours des années 70 et 80, le modèle a perdu la plus grande partie de sa connotation sportive, conséquence des deux crises pétrolières de 1973 et 79. Cette nouvelle Thunderbird fit son apparition en même temps que sa cousine plus luxueuse, la Mercury Cougar. Toutes deux étaient d’ ailleurs construites sur la même plateforme. Cette Thunderbird était également la première à ne pas être équipée d’ un V8, tout du moins à son lancement. A la place, Ford a préféré y monter le V6 3,8 litres Essex, qui équipait déjà un grand nombre des modèles de la gamme américaine de Ford, depuis les compactes jusque’ aux fourgonnettes, en passant par les grandes berlines. Dans sa version de base, il délivrait 140 ch et 210 dans sa version suralimentée. C’ est en 1991 que le V8 refait son apparition, d’ abord dans une première monture développant 200 ch, puis dans une version modernisée, à peine plus puissante (205 ch) mais plus moderne. Le V6 suralimenté sera, pour sa part, lui aussi amélioré et grimpera jusque’ à 230 ch. Le dernier exemplaire de la Thunderbird dixième génération quittera l’ usine de Lorain, dans l’ Ohio, le 4 septembre 1997. Les ventes de ce modèle ayant progressivement diminué avec les années et le segment du coupé grand tourisme ne faisant plus partie des priorités de Ford, ce n’ est que cinq ans plus-tard qu’ apparaîtra la prochaine Thunderbird… Qui sera aussi la dernière.

FORD THUNDERBIRD 14

A suivre

Written by Jack

Laisser un commentaire