CADILLAC 1949 – 1953 – On The Road Again ! EP1

Histoire

CADILLAC - 1

En dehors de certains constructeurs indépendants comme Studebaker et des nouveaux venus sur la scène automobile, comme Kaiser-Frazer, dès la fin du conflit, l’ achèvement des commandes militaires et le retour aux productions « civiles », tous les constructeurs américains des « nouveaux » modèles qui, en réalité, sont identiques, ou presque, à ceux produits entre 1940 et 1942.

 

Chez Cadillac, le dernier véhicule construit pour l’ Armée américaine, un char M-24 Chaffee, sort d’ usine le 24 août 1945, une dizaine de jours avant la capitulation du Japon, qui mettra un terme définitif à la Seconde guerre mondiale. La première Cadillac d’ après-guerre, quant à elle, sort des chaînes d’ assemblage moins de deux moins plus tard, le 17 octobre. Toutefois, en dehors du dessin des pare-chocs, de la calandre, des clignotants sous les phares, des enjoliveurs de roues, des ouïes d’ aérations du capot, des moulures latérales sur les flancs ainsi que de détails de présentation et d’ aménagements intérieurs, les modèles Cadillac du millésime 1946, qu’ il s’ agisse des berlines, des limousines, des coupés ou des cabriolets, sont quasiment identiques à ceux de l’ année modèle 1942, qui n’ avait connu que quelques mois d’ existence à peine avant que, au début du mois de février 1942, tous les constructeurs, sans exception, soient obligés d’ arrêter la production des voitures particulières et de convertir leurs usines pour accueillir celles des chars d’ assaut ou des avions ainsi que des armes et munitions de toutes sortes destinées à l’ US Army afin de soutenir l’ effort de guerre. Si les constructeurs américains ne devront pas attendre la fin « officielle » ou réelle du conflit pour reprendre leurs productions d’ avant-guerre, ce retour à la vie civile est toutefois conditionné à l’ aval du gouvernement fédéral, le feu vert pour la reconversion étant accordé aux différents constructeurs en fonction de l’ importance que ceux-ci occupaient sur le marché automobile avant la guerre ainsi, évidemment, que de l’ importance de leur contribution à l’ effort de guerre. En toute logique, ce sont donc les grands constructeurs (en terme de chiffres de production), comme Oldsmobile et Ford, qui, dès le mois de juillet 1945, sont, les premiers, autorisés à reprendre la production de leurs voitures particulières. Les constructeurs de voitures de luxe, comme Cadillac, eux, devront donc attendre encore un peu. Certains ne pouvant reprendre leur production civile qu’ en octobre ou novembre de cette année-là.

CADILLAC - 2

Un retour à la vie civile qui ne se fera toutefois pas du jour au lendemain, car les matières premières, comme l’ acier ou le caoutchouc (nécessaire à la fabrication des pneus) sont encore contingentés, les mesures de rationnement prises par le gouvernement fédéral après l’ entrée en guerre des Etats-Unis n’ étant levées que progressivement, les dernières d’ entre-elles n’ étant supprimées qu’ à l’ été 1946, soit près d’ un an après la fin des hostilités. Ce qui explique qu’ un peu moins de 30 000 exemplaires seulement des modèles Cadillac du millésime 1946 vont pouvoir être construits avant la fin de l’ année civile (au 31 décembre 1946 donc), alors qu’ il reste encore près de 100 000 commandes à honorer ! Dans ces conditions, il est clair que la priorité numéro un pour les dirigeants de la marque, comme pour ceux des autres constructeurs américains, est de faire tourner les chaînes à plein régime afin de satisfaire la demande et que les nouveaux modèles ne pourront sans doute être mis en production avant deux voire trois ans. Si les Cadillac des millésimes 1946 et 1947 restent très proches, donc, de celles de 1941 et 42, celles de l’ année-modèle 1948, en revanche, apporte un sang neuf sur le plan esthétique, avec une grille de calandre très basse et une ligne d’ aile presque horizontale à l’ avant, qui art des phares jusqu’ à la portière arrière, qui remplacent les hautes calandres et les volumes bulbeux qui caractérisaient les Cadillac depuis 1941 (Des formes que certains observateurs de la presse automobile avaient d’ ailleurs comparé à celles d’ un cachalot ou à une baignoire renversée!). La nouvelle lignes des Cadillac représentant la première phase de la ligne « ponton » intégrale, dont, au sein de la production américaine, les Kaiser-Frazer, dévoilées en 1946, ont été les précurseurs. Les modèles du millésime 1948 se caractérisant aussi par le dessin de leurs ailes arrières, qui se termine par un léger ressaut, où se trouvent placés les feux de signalisation, qui représente la première amorce des ailerons qui deviendront l’ une des caractéristiques essentielles et incontournables des voitures américains durant plus de dix ans et qui, notamment sur les Cadillac, prendront des lignes et des proportions délirantes à la fin de la décennie suivante. Cette innovation, qui va se révéler un trait de génie sur le plan commercial, due au designer en chef du groupe General Motors, Harley J. Earl, qui règne en maître absolu sur la conception du dessin de tous les modèles des divisions de la GM depuis la fin des années vingt, ainsi qu’ à son bras-droit (et futur successeur), William « Bill » Mitchell, inspirés, dit-on, par les dérives du bombardier P-38 Lightning construit par Lockheed. Bien que présentées seulement en mars 1948 (alors que, d’ ordinaire, chez tous les constructeurs américains, la présentation des modèles d’ un nouveau millésime a toujours lieu à l’ automne de l’ année précédente), les nouvelles Cadillac prennent de court la concurrence. En effet, à l’ exception des Oldsmobile « Futuramic » et des Packard, les autres marques américaines ne dévoileront leurs nouveaux modèles que fin 1948 (pour le millésime 1949).

CADILLAC - 3

Au sein de la division de prestige de General Motors, les voitures de l’ année-modèle 1949 ne seront, elles aussi, que dévoiler tardivement par rapport à leurs concurrentes, en janvier 1949. Si les carrosseries sont identiques, ou presque, à celles des voitures de l’ année-modèle précédente et ne présentent que des retouches esthétiques mineures (notamment au niveau de la calandre), la vraie nouveauté de ce millésime se situe désormais sous le capot. Le vénérable huit cylindres en V à soupapes latérales, dont les origines remontaient quand même aux années 1920, est (enfin) mis à la retraite, pour laisser la place à un nouveau V8 de conception entièrement nouvelle, équipée d’ une distribution à soupapes en tête et d’ un système à poussoirs hydrauliques (Un dispositif qui assure un rendement bien meilleur). Un nouveau moteur, conçu sous la responsabilité de J.F. Gordon (Futur président de Cadillac) et de E.N. Cole, dont l’ entrée en scène s’ est toutefois fait quelque peu attendre, puisqu’ il était à l’ étude depuis 1937. Si cette mécanique, considérée, avec le V8 Rocket, son homologue au sein de la division Oldsmobile, comme le premier V8 « moderne » de la production américaine, dans sa première version en tout cas, est à peine moins grosse en cylindrée (5,4 litres contre 5,7 l) et à peine plus puissante que celle qu’ elle remplace, elle saura, néanmoins, rapidement prouver qu’ elle recèle un bon potentiel en matière de performances, puisque lorsqu’ il quittera la scène, à la fin du millésime 1955, il aura atteint la barre des 270 chevaux. Si la transmission automatique, baptisée Hydra-Matic et qui est apparue sur les modèles de la gamme Oldsmobile en 1940, équipe alors les Cadillac depuis (…), étrangement, elle n’ est pourtant toujours proposée qu’ en option, alors qu’ elle équipe presque la totalité des voitures de la marque (97 % des voitures produites). Une boîte de vitesse à quatre rapports, commandée par un sélecteur au volant, qui a largement fait la preuve de sa fiabilité et de sa solidité puisqu’ elle équipait également les blindés de l’ Armée américaine qui se sont illustrés au cours de la Seconde guerre mondiale. Elle contribuera d’ ailleurs largement à la facilité et à la douceur de conduite qui contribueront à bâtir les réputations des Cadillac auprès du public, tant en Amérique qu’ à l’ étranger.

A suivre

Written by Jack

2 Comments
  1. ringhiosceaux

    Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour supprimer un commentaire, connectez-vous et affichez les commentaires de cet article. Vous pourrez alors les modifier ou les supprimer.

    • Jack

      Bonjour, ceci est un commentaire.
      Pour supprimer un commentaire, connectez-vous et affichez les commentaires de cet article. Vous pourrez alors les modifier ou les supprimer.

Laisser un commentaire