OLTCIT / CITROËN AXEL – Populaire franco-roumaine. EP1

Histoire

-CITROËN AXEL 1

Lorsque en octobre 1970, Citroën lance sur le marché la GS, la marque aux chevrons parvient enfin à combler le vide qui existait jusque-là dans sa gamme entre, d’ un côté, la 2 CV et l’ Ami 8, et, de l’ autre, la famille des DS. Si, à l’ aube de la décennie des années 70, le constructeur de Javel peut alors se prévaloir d’ offrir une gamme complète couvrant les principales catégorie du marché automobile en France, la firme sait que, malgré le succès que remporte rapidement sa nouvelle berline « moyenne », après une gestation plutôt difficile et chaotique, elle ne peut toutefois se permettre de se reposer sur ses lauriers. Dans l’ industrie automobile, le temps passe, en effet, assez vite et il faut maintenant songer à remplacer la gamme basse.

 

Celle-ci se compose, comme on l’ a dit, de la 2 CV et de l’ Ami 8. Si la première connaît toujours un grand succès, malgré son âge déjà assez avancée (Elle a été lancée en 1948 et a alors dépassée les vingt ans de carrière) et si la seconde continue à connaître de très bons chiffres de vente, malgré les apparences qui la ferait passer pour un modèle à part entière, l’ Ami 8 n’ est, en réalité, qu’ un dérivé de la 2 CV, équipée elle aussi de moteurs bicylindres refroidis par air (bien que de cylindrée plus grande que ceux de son aînée) et bénéficiant d’ un habitacle plus spacieux et de carrosseries aux lignes plus modernes. Si elle a encore quelques années à vivre devant elle, les dirigeants de Citroën savent cependant qu’ il faut déjà songer à mettre en chantier l’ étude sa remplaçante et que, partageant en cela l’ avis du bureau d’ études, ils ne pourront, cette fois, plus se contenter simplement de proposer à la clientèle un « simple » dérivé de la 2 CV, même dotée d’ une carrosserie aux lignes plus modernes que celles de l’ Ami 8 et qu’ il leur faudra donc, sur bien des points, repartir d’ une feuille blanche.

-CITROËN AXEL 2

Recevant le nom de code Projet Y. Devant succéder à l’ Ami 8, il doit permettre à Citroën d’ asseoir, de manière durable, sa place au sein de ce segment alors en plein développement et où la concurrence, française comme étrangère, se fait tous les jours plus âpre. Ayant reçu, à l’ origine, la dénomination RA, ce projet prend naissance à l’ époque du rapprochement entre Citroën et Fiat. Ce qui explique que les premières études utilisent comme base la plate-forme de la Fiat 127. Ce choix, ou cette contrainte, a toutefois pour effet que les premières maquettes du projet Y, réalisées à partir de celle-ci, présentent un aspect général plutôt mal équilibré, surtout vues de profil, notamment à cause de la volonté du bureau d’ études de doter le futur modèle d’ une carrosserie à quatre portes (avec hayon). Cette nécessité de devoir partir, comme base de travail, de la plate-forme d’ un modèle déjà existant restera d’ ailleurs un handicap quand plus tard, à la suite des bouleversements que connaîtra le constructeur de Javel, il faudra adapter le projet Y aux soubassements de la Peugeot 104. En tout cas, l’ aspect général de la future Citroën Visa transparaît déjà sur les premières maquettes. Si les accords entre Citroën et Fiat finissent par être rompus au printemps 1973, bien avant cette rupture, l’ idée initiale d’ utiliser la plate-forme de la Fiat 127 est abandonnée en faveur du choix, plus simple et rationnel, de faire du projet Y un modèle « 100 % Citroën ». Les membres du bureau d’ études reprennent alors leurs travaux à la base. Le responsable du style de Citroën, Robert Opron, confie la réalisation des lignes de la future petite Citroën à son assistant Jean Giret. Ce dernier réalisera plusieurs maquettes, représentant les différentes versions et aspects envisagés pour le modèle, réalisées sous la forme de maquettes à l’ échelle 1. Si la première version (Y 1) ne recevait que deux portes et affichait une longueur totale de 3,20 mètres, la seconde (Y 2), dotée d’ un empattement plus long et équipé de quatre portes. C’ est finalement cette dernière version qui sera retenue par la direction de Citroën en vue du modèle de série. Une série de plusieurs prototypes roulants sont alors réalisés, basés sur une nouvelle plate-forme inédite et bénéficiant d’ une suspension entièrement nouvelle. Dans sa version de série, le prototype Y2 est prévu pour recevoir, dans sa version de base, un moteur bicylindre à air dérivé de celui de l’ Ami 8 et, dans sa version supérieure, le quatre cylindres à plat issu de la GS.

-CITROËN AXEL 3

Written by Jack

Laisser un commentaire