CADILLAC ELDORADO (1979 – 2002) – Luxe américain au régime. Ep1

Histoire

CADILLAC ELDORADO 1

Apparu pour la première fois en 1953 pour désigner la version haut de gamme de ses cabriolets, le nom d’ Eldorado, sans-doute l’ un des plus célèbres dans l’ histoire de la marque Cadillac, conservera cette fonction durant treize ans et six générations de modèles, jusque’ en 1966. C’ est avec l’ apparition de la nouvelle Eldorado, un élégant et imposant coupé, qui devient le premier modèle de la marque équipé de la traction avant, que le modèle va cependant connaître son apogée. A l’ image du reste de la production américaine, celle va voir ses lignes prendront une tournure de plus en plus baroque, en même temps que ses moteurs vont augmenter en cylindrée et en puissance. Une ascension qui va toutefois se voir brutalement stoppée par la première crise pétrolière qui éclate à l’ automne 1973. L’ Eldorado amorce alors une pente descendante, voyant sa puissance diminuer fortement et sa version cabriolet, à cause des nouvelles normes en matière de sécurité, obligé de quitter la scène à l’ été 1976.

CADILLAC ELDORADO 2

La première crise pétrolière, survenue à l’ automne 1973, a donc fortement ébranlée l’ industrie automobile américaine et eu des effets, si pas dévastateurs, en tout cas profonds et durables sur les productions des constructeurs de Detroit. Face à ce nouveau contexte économique pour le moins sombre et incertain, leurs bureaux d’ études furent obligés d’ entamer l’ étude de modèles plus compactes, en s’ inspirant – souvent de manière assez maladroite – de ce qui se faisait chez les constructeurs japonais et européens.

Dans l’ immédiat, ils durent aussi faire entamer une cure d’ amaigrissement, parfois drastique, à la plupart des modèles existants.

L’ Eldorado, l’ un des modèles les plus emblématiques de la marque Cadillac à l’ époque, n’ échappa pas à ce régime forcée. Celle-ci vit ainsi sa cylindrée et sa puissance, passant de 8,1 litres et 400 ch en 1970 à 6,9 litres et 195 ch en 1977.

La mode consistant à se livrer une bataille entres constructeurs pour proposer un modèle toujours plus grand et plus puissant que celui du concurrent ou que le modèle précédent n’ a donc, désormais, plus cours. Si les voitures américaines, en tout cas pour les modèles de luxe et de grand tourisme, conserve des lignes toujours aussi baroques et un équipement pléthorique, elles sont désormais de dimensions plus réduites, moins puissantes mais aussi plus légères et moins gourmandes en carburant que leurs devancières. le succès de la Seville – qui, bien qu’ étant la moins grande des Cadillac était le plus cher des modèles de la gamme – ayant prouvé que l’ automobiliste Américain ne cherchait plus nécessairement à posséder la voiture la plus grande.

CADILLAC ELDORADO 3

La présentation de la nouvelle génération de l’ Eldorado (la neuvième du nom), en 1979, apportant une nouvelle preuve que la suprématie des paquebots sur quatre roues est bel et bien révolue. Si les lignes du nouveau modèle s’ inspirent étroitement de celle qu’ elle remplace, elle n’ en est cependant plus que version réduite à l’ échelle deux tiers (5,20 mètres contre 5,70 m la génération précédente). A cette date, l’ Eldorado n’ est, en effet, plus que la version coupé de la Seville (le cabriolet ayant disparu du catalogue, à cause des nouvelles normes en matière de sécurité, en 1976). Elle partage d’ ailleurs sa plate-forme avec les nouvelles générations de la Buick Riviera et de l’ Oldsmobile Toronado, qui ont vus, eux aussi, leur taille réduire. Outre le V8 5,7 litres de 170 ch emprunté à la Seville, elle peut aussi recevoir, en option, une version de ce même moteur fonctionnant au diesel et fournissant la maigre puissance de 125 ch (lesquels sont un peu à la peine pour mouvoir dignement ce coupé « compact » qui pèse tout de même encore plus de 1,7 tonnes à vide).

CADILLAC ELDORADO 4

La gamme de moteurs proposée sur l’ Eldorado étant calquée sur celle de la Seville, à partir de 1981, l’ Eldorado se voit aussi dotée du V8 6 litres équipé du système 8-6-4, qui permettait de couper l’ alimentation de deux ou quatre des huit cylindres du moteur, dans le but de faire baisser la consommation. Une idée qui paraissait intéressante sur le papier mais qui ne s’ avérera malheureusement guère fiable. Dans un même soucis d’ économies en carburant, un V6 4,1 litres, qui ne s’ avérera toutefois guère mieux en terme de fiabilité. Tout comme le V8 de même cylindrée qui viendra les remplacer dès 1982.

L’ année 1984 est une grande date dans l’ histoire de l’ Eldorado, puisque’ elle voit le retour du cabriolet, baptisé Biarritz. Un retour que les amateurs de l’ ancienne génération de l’ Eldorado salueront avec bonheur, mais qui ne sera toutefois qu’ éphémère, puisque ce modèle sera supprimé à peine un an plus-tard. Seulement 3 000 exemplaires environ en ont été produits.

Avant cela, et pour tenter de pallier la disparition du cabriolet au milieu des années 70, Cadillac avait proposé une version « targa » du coupé Eldorado. Celle-ci était équipée d’ un toit dont la partie située au-dessus des sièges avant pouvait être démontée (la lunette arrière ainsi que les vitres de custode restant fixes), s’ inspirant de ce qui était pratiqué par plusieurs constructeurs européens comme Porsche sur la 911). En parallèle, et pour satisfaire ceux qui souhaitaient une voiture entièrement découvrable, des carrossiers indépendants, comme Custom Coach ou Hess & Eisenhardt, ont proposés des versions décapotables de l’ Eldorado (ainsi que de ses cousines, la Buick Riviera et l’ Oldsmobile Toronado).

CADILLAC ELDORADO 5

1985, la dernière année de production de cette génération, sera marquée par le lancement d’ un package d’ options baptisé « Commemorative Edition », qui se caractérisait par une carrosserie et un intérieur entièrement garni de cuir (disponible en blanc ou bleu foncé ou bien dans les deux tons), cette dernière couleur habillant aussi le tableau de bord et la moquette de l’ habitacle.

Avec un peu plus de 77 000 exemplaires vendus, cette Eldorado sera l’ une des générations les mieux vendues du modèle.

A suivre

Written by Jack

1 Comment
  1. Patricia Koch

    Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour supprimer un commentaire, connectez-vous et affichez les commentaires de cet article. Vous pourrez alors les modifier ou les supprimer.

Laisser un commentaire