ZIS et ZIL – Luxe capitaliste en pays communiste. EP 1

Histoire

 

Quasi inexistante à l’ époque tsariste (A part quelques fabrications artisanales ou sous licence, dont la plus connue est la Russo-Balte), l’ industrie automobile reste embryonnaire en URSS avant 1940. Déjà considérée à l’ Ouest comme un objet de luxe, l’ automobile de tourisme est bien évidemment loin des préoccupations des dirigeants soviétiques.

ZIL 1

Pourtant, dès novembre 1918, un organe est créé pour étudier les véhicules qui doivent être construits pour l’ industrie nationale. Il s’ agit du NAL (Laboratoire Scientifique Automobile), qui sera rebaptisé NAMI (Institut de Recherches Scientifiques sur l’ Automobile) quelques années plus tard. C’ est lui qui réalise une première voiture expérimentale, la NAMI-1, dont le prototype est terminé au mois de mai 1927. Il en sera construit plus tard une petite série. C’ est toutefois le premier plan quinquennal, voulu par Staline en 1928, qui jette les bases d’ une industrie automobile en Union Soviétique. Il n’ existe à l’ époque que trois usines (AMO, Jagay et Spartak), dont les capacités de production totales sont ridicules (Moins de 5 000 camions par an). La décision de construire une grande usine près de la ville de Nijni Novgorod, sur les bords de la Volga, est prise en mars 1929. Situé loin des frontières, sur l’ un des plus importants axes de communication du pays et dans une région où les industries mécaniques sont déjà nombreuses, ce site apparaît idéal.

ZIL 2

Toutefois, le problème est que personne, en URSS, ne possède l’ expérience nécessaire pour mener à bien un projet industriel d’ une telle envergure. Ce qui finit par décider le gouvernement soviétique à conclure un partenariat avec un partenaire capitaliste. En l’ occurence, l’ industriel américain Ford. Celui-ci, conclut en mai 1929, prévoit la construction de trois usines : Les deux premières dans la région de Nijni Novgorod et la troisième située près de Moscou. Celles établies sur la Volga sont d’ abord appelées NAZ (Nijni Novgorod Avtomobilni Zavod : Usine Automobile de Nijni Novgorod), qui deviendra GAZ en 1933, quand la ville sera rebaptisée Gorki. La troisième, elle, près de la capitale soviétique, est l’ usine KIM (abréviation russe qui signifie Internationale Communiste de la Jeunesse). Le contrat conclut avec Ford prévoit également l’ assemblage, entre 1930 et 1933, de 72 000 Ford A de tourisme et Ford AA utilitaires, dans les deux usines usines les plus petites, dont celle de Moscou. Cette dernière démarre sa production en novembre 1930. L’ usine principale, prévue pour produire 100 000 véhicules par an est, pour sa part, opérationnelle au mois de décembre 1932. C’ est elle qui construira la première voiture de tourisme soviétique produite en série, la GAZ A (qui n’ est toutefois qu’ une pure et simple réplique de la Ford A). Elle sera produite jusqu’ en 1936. Elle sera alors remplacée par la M1, qui conservera la même mécanique que sa devancière mais avec une carrosserie modernisée, inspirée de la Ford V8 de 1934. Le modèle qui lui succède en 1940, le Type 11-73, possède une carrosserie fortement inspirée de celle de la M1, mais reçoit un moteur six cylindres qui remplace le quatre cylindres issus de la Ford A.

ZIL 3

A partir de 1941, suite à l’ invasion de l’ URSS par l’ Allemagne nazie, en juin de cette année-là, pour faire face aux besoins pressants de l’ Armée Rouge en matière de véhicules militaires, l’ usine de Gorki est alors chargée de concevoir et de produire une série de véhicules à quatre roues motrices, dans l’ esprit des Jeep américaines. Ceux-ci seront à l’ origine d’ une longue lignée de véhicules tout-terrains qui constituent aujourd’ hui encore une part importante de la production de l’ usine. En parallèle, à partir de 1946, l’ usine GAZ inaugurera la production d’ un nouveau modèle de voiture de gamme moyenne supérieure, la Pobieda (« Victoire » en russe), dont les descendantes continueront à y être produits jusqu’ au début des années 2010.

 

Les origines du constructeur des plus luxueuses voitures qu’ aient connue la Russie soviétique remontent à 1933, lorsque l’ entreprise AMO, située à Moscou, est rebaptisée ZIS (pour Zavod Ijmeni Staline, soit, littéralement, Usine du Nom de Staline, en l’ honneur du grand maître de l’ Union soviétique). Trois ans plus tard, en 1936, l’ usine, qui était jusque-là spécialisée dans la production de véhicules utilitaires, diversifie son activité avec la fabrication de son premier modèle de voiture de tourisme, la L1, qui était, auparavant, produite depuis 1933 dans une usine de Leningrad (saint-Pétersbourg). Ce modèle, dont les lignes de la carrosserie ont manifestement été inspiré par les voitures américaines contemporaines, était d’ ailleurs équipé d’ un moteur conçu sur le modèle du huit cylindres en ligne de la marque Buick. C’ est aussi à cette époque qu’ apparaît la première voiture portant le nom de la marque ZIS. Là aussi, les stylistes qui ont dessiné les lignes de sa carrosserie se sont visiblement inspiré des Buick et Cadillac contemporaines, tout comme pour sa mécanique. Ce modèle, dont le caractère imposant et cossu n’ a rien à envier aux automobiles américaines qui lui ont servi de modèles, sera produit jusqu’ en 1940, avant d’ être légèrement modifié et rebaptisé 101A. La production de cette nouvelle version sera toutefois interrompue dès l’ année suivante, suite à l’ entrée en guerre de l’ Union Soviétique. La production de voitures de luxe doit alors évidemment céder la place à celle des véhicules militaires et de l’ armement.

A suivre…

Written by Jack

Laisser un commentaire