FORD MUSTANG II et III – La traversée du désert du Poney Express

Histoire

FORD MUSTANG 6

Le millésime 1983 sera cependant une grande date, puisqu’ il verra la réapparition de la version cabriolet, après neuf ans d’ absence au sein de la gamme Mustang. Bien que proposé en V8, la majorité des exemplaires de la version décapotable furent cependant livrés avec le moteur 6 cylindres. Le V8, quant à lui, grâce à un nouveau carburateur, verra sa puissance grimpé à nouveau, à 175 ch. Le quatre cylindres 2,3 l serra lui aussi revu, bénéficiant maintenant d’ un système à injection et affichant alors 145 ch. En 1984, pour célébrer le 20ème anniversaire de la Mustang, Ford lancera une série limitée baptisée GT350. Proposée sur le coupé et le cabriolet, celle-ci, produite à 5 260 exemplaires, se caractérisait par une carrosserie peinte en blanc et un intérieur entièrement rouge. Ils pouvaient être équipés soit avec le 2,3 l Turbo soit avec le V8. De 1984 à 86, la Mustang sera également proposée dans une version spéciale baptisée SVO. Motorisée, elle aussi, par le 2,3 l Turbo, celui-ci voyait cependant, sur la SVO, sa puissance portée à 175 ch et ensuite à 205 puis 200 ch pour les exemplaires produits en 85 et 86. Outre des freins à disque sur les quatre roues, cette version se caractérisait aussi, sur le plan cosmétique, par des jantes spécifiques de 16 pouces et un spoiler à l’ arrière. Le prix de cette version, bien plus élevé que celle d’ une V8 à l’ équipement comparable, en limitera cependant la diffusion. Pour 1985, la version haut de gamme GT reçoit un V8 revu (avec notamment un nouveau carburateur) qui permet à celui-ci d’ atteindre les 210 ch, ainsi qu’ une double sortie d’ échappement (dont l’ une est toutefois factice). Ce sera le dernier V8 sur la Mustang qui sera équipé d’ un carburateur, celui-ci passant à l’ injection (et perdant, au passage, une dizaine de chevaux) dès l’ année suivante.

FORD MUSTANG 7

A signaler qu’ à cette époque, à cause de la baisse des ventes, Ford avait eu en projet de remplacer la Mustang par un coupé à roues avant motrices développé en collaboration avec Mazda, qui deviendra la Probe. Toutefois, sous la pression des admirateurs de la Mustang, cette idée sera rapidement abandonné.

C’ est en 1987 que la Mustang III recevra sa refonte la plus importante, avec une nouvelle face avant qui offrait à la voiture une ligne à la fois plus moderne et plus agressive. La version GT, la mieux dotée du catalogue, se caractérisant par une lunette arrière équipée de persiennes. Le V6 disparaît de la gamme, ne laissant plus que le quatre cylindres 2,3 litres et le V8 4,9 l comme motorisations disponibles. celui-ci est à nouveau revu et bénéficie d’ un gain de puissance, affichant maintenant 225 ch. En 1988, l’ option toit démontable (hard-top) sur le coupé fastback, hérité de la précédente génération, n’ étant plus guère demandée, est supprimée. Bien que 1989 soit l’ année de 25ème anniversaire de la Mustang, Ford ne fera simplement, pour « commémorer » l’ évènement, qu’ apposer un emblème – représentant le cheval qui a donné son nom au modèle – sur le tableau de bord des voitures construites cette année-là.

FORD MUSTANG 8

La future génération de la Mustang étant, à ce moment-là, déjà à l’ étude, la Mustang III ne connaîtra plus guère de changements jusque’ à sa mise à la retraite. Les seules nouveautés notables seront l’ apparition, en 1990, d’ une série limitée de 4 100 exemplaires basés sur le cabriolet V8, dotés d’ une carrosserie vert émeraude, ainsi que d’ un intérieur entièrement recouvert de cuir blanc. Une autre série, basée cette fois sur le coupé, avec une carrosserie couleur argentée et un intérieur gris (environ 5 900 exemplaires) fut également créée. Toutes deux pour un concours organisé par le fabricant de soda Seven Up, qui fut toutefois annulé au dernier moment. En 1992 et 93, trois autres éditions spéciales (toutes sur le cabriolet V8) firent également leur apparition (Carrosserie rouge et intérieur en cuir blanc en 92, jaune canari avec intérieur noir ou carrosserie et intérieur en blanc en 93).

L’ année 1993, la dernière de la production de la Mustang III, vit, en forme de cadeau d’ adieu, l’ apparition d’ une version SVT Cobra (cette dénomination, qui n’ était alors plus qu’ un simple niveau de finition, avait été supprimé en 82), avec un V8 porté à 235 ch (qui affichait une présentation toutefois plus sobre que la GT) ainsi qu’ une autre version, baptisée Cobra R, destinée, elle, plus aux pilotes amateurs, et qui, de ce fait, en plus d’ amortisseurs et d’ un système de refroidissement revu, voyait ainsi la banquette arrière, la climatisation et la radio supprimées. La Mustang III quitta la scène en septembre 1993, sa remplaçante prenant la relève dès le mois suivant.

FORD MUSTANG 9

C’ est avec l’ arrivée de la quatrième génération que la Mustang renouera pleinement et véritablement avec l’ esprit des poney et muscle cars de la première génération. Les anémiques moteurs quatre cylindres étant définitivement mis au rebus. Seul les motorisations six et huit cylindres ayant désormais droit de citer sous le capot. Sous celui de la Cobra, qui a, lui aussi, retrouvé pleinement sa nature originelle, le V8 culminera même à 390 chevaux ! De quoi, à nouveau, soutenir sans peine la comparaison face aux meilleurs sportives européennes. Tout en offrant, comme à l’ époque des Mustang endiablées par Carroll Shelby, un rapport prix/performances qui bien peu d’ entre-elles pouvaient revendiquer. Ce qui faisait aussi partie de l’ esprit originel de la Mustang.

Texte Alexandre Lagarde

Written by Jack

Laisser un commentaire