Rétromobile, le salon de tous les rêves

A la loupe

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette année Rétromobile, le plus ancien salon de véhicules de collection en Europe, nous a régalé avec de très belles surprises. Après l’impressionnante collection de Roger Baillon dévoilée et mise en vente l’année dernière, on pensait qu’il serait difficile de faire mieux et c’est pourtant chose faite !

NATIONAL MOTOR MUSEUM OF BAULIEAU

Certains exposants n’hésitent pas à venir d’outre-manche comme le National Motor Museum of Beaulieu qui venait nous présenter trois légendes du sport automobile.

En 1905, Darracq cherche la performance à l’état pur : l’ennemi c’est le poids. L’automobile utilisée en compétition en est réduite à sa plus simple expression : un moteur, un châssis et deux sièges, le tout pour 990 kg. Pour être la plus légère que ses concurrentes à la Coupe Gordon Bennett, la Darracq se prive même de différentiel ! Propulsée par son moteur V8 de 25,2 litres et délivrant 200 ch. Elle frôle les 200km/h en 1906 en Floride.

109023171

Second bijou exposé par nos amis Anglais : la Fiat S76, surnommée : « La bête de Turin ». Crée en 1911 à deux exemplaires, la S76 a dans sa ligne de mire le record mondial de vitesse. Pour cela elle peut compter sur son moteur 4 cylindres de 28,5 litres issu… d’un ballon dirigeable. Celui-ci mesure 1m60 de haut, pèse une près d’une tonne et revendique 300ch. Cette automobile de 1600 kg est aussi brutale que fascinante, elle atteint la vitesse de 290km/h en 1912 à Long Island aux Etats-Unis.

109022685

Pour le plus grand plaisir des visiteurs, il était possible de voir tourner la bête pendant le salon. Le son est assourdissant. Le moteur pétarde et nous fait frémir à la fois de plaisir et d’effroi face à toute la puissance qu’il dégage… Sur les deux modèles produits, un fut démonté pendant la Première Guerre Mondiale, tandis que l’autre vendu finit détruit dans un accident. Ce dernier fut racheté par un passionné de la marque italienne, qui avec le moteur du premier exemplaire, restaura le modèle légendaire.

Quelques années plus tôt, l’une des plus anciennes voitures de course au monde, la Napier participa à la Coupe automobile Gordon Bennett en 1903.

 

 

 

UNE COLLECTION FÉMININE

109035999

La pilote et collectionneuse Julia de Baldanza est venue présenter dix modèles de sa collection à Rétromobile. Cette sélection mélange est un subtile mélange de rafinement et de sportivité. « Ces voitures ont une histoire, une ligne et une élégance que l’on ne retrouve plus aujourd’hui. »

109038866_o

 

Voisin C14 Chartre de 1930 et Wolseley Coupé Docteur de 1922. La Voisin fit une apparition dans le film « Docteur Jekyll et Mr Hyde ».

109035794

Trois monoplaces étaient exposées dont une Alta 1,5 L GP de 1955. A côté, on retrouve l’une des trois McLaren M3A de 1965. Son moteur de 4,9 litres pouvait emmener son pilote jusqu’à 272 km/h. Ancienne monture de Patsy Burt, il remporta à son volant de nombreuses victoires en course de côte. En troisième position on retrouve un des 12 exemplaires de la Maserati A6GCM. Ce modèle de 1951 est propulsé par un moteur 6 cylindres en ligne de 2 litres surmonté par trois carburateurs double corps Weber. L’ensemble fourni aux roues une puissance de 160 ch via une boîte 4 vitesses. De véritables sensations sont au rendez-vous avec seulement 550 kg !

109035805

Frazer Nash Le Mans coupé de 1955. Elle participa au Mans 1959.

109035911

Bugatti T 40 Fiacre de 1928. Ce modèle unique fut construit par Jean Bugatti pour sa soeur Lydia.

109039063

Bugatti 35B de 1929. Moteur huit cylindres de 2,3 litres de 140 ch. C’est la plus puissante des Type 35. Ce fut la voiture officielle de l’usine jusqu’en 1937.

109035948

Aston Martin Headlam Coupé de 1930

L’AUTOMOBILE CLUB DE L’OUEST

109053679

Dans le passage entre les deux pavillons occupés par Rétromobile. La passerelle était mise en valeur par les voitures de l’Automobile Club de l’Ouest qui célèbre ses 110 ans cette année. On pouvait admirer la Matra Simca 670 B, trois fois vainqueur aux 24h du Mans de 1972 à 1974. En 1973, elle décroche le titre Constructeur au Championnat du Monde. L’année suivante elle finira première au Mans avec pas moins de 6 tours d’avance ! Cette légende cumule 124 victoires dans divers disciplines. Le prototype piloté par Gérard Larousse et Henry Pescarolo était propulsée par un V12 de 3 litres de 490 ch permettant des pointes à 350 km/h !

109053689

En 1949, c’est le retour des 24h du Mans après 8 ans d’arrêt. La Ferrari 166 Mille Miglia coure dans l’écurie de l’Anglais Lord Selsdon, qui ne prendra le volant qu’une heure, suite à une soirée un peu trop arrosée. C’est donc l’Américain Luigi Chinetti qui mènera la voiture jusqu’à la victoire en totalisant 23h de pilotage ! Cette réplique du modèle gagnant de 1949 embarque un moteur V12 de 2 litres, soit 166cm3 par cylindre. Celui-ci apporte 140 ch et permet à l’automobile d’atteindre les 201 km/h. Ce fut la première Ferrari à remporter les 24h du Mans.

109056004

Chenard et Walker Tank de 1925. Son petit 1,1 litres de 44ch emmène la voiture jusqu’à 152 km/h. Elle participera en 1925 et en 1937.

109056175

DB Coach HBR4 de 1959

109056351

Cette Porsche 908 de 1970 a servi pour tourner les images du film « Le Mans » avec Steve McQueen. Le moteur de 3 litres de la 908 ne comblera pas entièrement les pilotes d’endurance qui lui préféreront une certaine Ford GT40 (au moteur de 5 litres). Pour pallier à ce manque de cylindrée, Porsche construira la mythique 917 avec son 12 cylindres de 4,5 litres sur la base de la 908.

109056391

Porsche 904 GTS de 1964. Moteur 4 cylindres à plat de 2 litres, 160 ch pour 253 km/h de vitesse maximale.

109056640

 

Ferrari Dino 206 GT Berlinetta Special de 1965.

109056631

2CV AZLP 425 cm3 de 1958 : c’est avec elle que Jacques Séguéla et Jean-Claude Baudot firent leur tour du monde en 1958.

RENAULT – 115 ANS DE SPORT AUTOMOBILE 

109061589

Pour son retour en Formule 1 cette saison, Renault revient sur son glorieux passé en Compétition Automobile en nous présentant un palmarès impressionnant dans des disciplines automobiles variées. Il y a 110 ans la marque au losange remportait le premier Grand Prix de l’histoire de l’Automobile au Mans avec une Type AK. Celle-ci possède un 4 cylindres en ligne de 12 litres. Ses 90 ch, propulse les 998 kg de la bête à 150 km/h. En 1926, la 40CV, décrochait de nombreux records sur l’Autodrome de Montlhéry, notamment celui des 24h avec une moyenne de 173km/h. Le moteur 9 litres pouvait emmener la voiture jusqu’à 200 km/h.

109061564

En 1935, Renault remportait le Rallye de Monte Carlo avec sa Nervasport. En 1951, la 4CV gagnait les 24h du Mans dans sa catégorie.

109061628

 

En 1956, l’Etoile Filante atteignait les 308,85 km/h sur le lac de Bonneville. Elle doit ses performances à son moteur à turbine de 270ch d’origine Turbomeca et à sa structure en polyester qui réduit son poids total à 950 kg.

109061558

En 1966, l’Alpine M65 remportait l’indice énergétique aux 24h du Mans. En effet, la voiture qui revendiquait « Le litre d’essence le plus vite du monde » consomma 14,81 l/100km pour 171,8 km/h de moyenne. Son moteur 1,3 litres de 140 ch permettait des pointes à 268 km/h ! Pour finir, l’Alpine A442 B de Jean-Pierre Jaussaud et Didier Pironi, fut victorieuse des 24h du Mans en 1978. Son moteur V6 de 2 litres lui fournit 500 ch pour frôler les 360 km/h !

109061508

 

LES PLUS BELLES CITROËN

109069381

Pour voir les plus jolies voitures chevronnées, il fallait passer par le stand d’Artcurial. André Trigano, un passionné de la marque avait décidé de mettre en vente 39 modèles de sa collection personnelle. Mais impossible de passer à côté du magnifique Coupé Traction 7C de 1935. La finesse de la 7CV et l’élégance de la découpe arrière en font une voiture aussi raffinée que les luxueux coupés de l’époque.

D’autres Traction aux carrosseries d’exceptions étaient proposées à la vente, comme la 11 BL cabriolet de 1939. L’une des plus belles ventes a été réalisée par le cabriolet 11 B de 1939, adjugé 166 880 €.

109069410

Sur le stand officiel du double chevron. On pouvait croiser un autre cabriolet Traction de 1938.

109069577

Aux côtés de la Méhari et de la nouvelle E-Méhari trônait une 2CV AZU aux couleurs des Huiles Yacco ainsi qu’une 2CV 4×4 de l’ORTF. Particularité du modèle, son second moteur dans le coffre qui entraîne les roues arrière.

109069497

Accolé à Citroën, se trouvait la nouvelle marque DS, qui récupère l’héritage premium des chevrons. On y retrouve deux SM, dont une injection électronique mais aussi un des deux exemplaires survivants de la DS GT19 Coupé Bossaert de 1966. L’arrière raccourci de 47 cm est très travaillé, il oscille entre rondeurs de la malle et de la lunette et les arrêtes saillantes des ailes.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

PEUGEOT AU TOUR AUTO

109076838

Cette année les voitures du Tour Auto étaient à l’honneur chez Peugeot. Pour la 25ème édition, deux voitures seront engagées par le Lion. La première une 203 peinte avec les slogans présents sur les brochures d’époques. La seconde voiture engagée sera une 403, là encore bien décorée dans l’esprit des publicités contemporaines à la voiture.

109076854

Pour finir, quelques images de la plus belle de toutes : le somptueux roadster 402 d’Emile Darl’Mat de 1938. Similaire au modèle de course, ce roadster est néanmoins équipé de portes échancrées.

109076903

PHILIPPE CHARBONNEAUX

Une exposition était consacrée à Philippe Charbonneaux, grand styliste français du XXème siècle. Père des lignes de la première Corvette, ou de la Delahaye 235, on lui doit de nombreux modèles de série mais aussi des modèles uniques comme la barquette Salmson 2300 S. De passage chez Renault, il dessinera la R8 et la R16.

109101764

Philippe Charbonneaux créera de nombreux prototypes très modernes pour l’époque mais aussi des camions publicitaires comme celui-ci de Pathé Marconi, réalisé pour la caravane du Tour de France.

109102300

Texte Vincent Decours http://autodantanmag.canalblog.com/

Photos Vincent Decours

Written by Jack

Laisser un commentaire