À la loupe : la Simca 1100

A la loupe

Aujourd’hui, première voiture passée à la loupe, la Simca 1100. La voiture est typiquement une populaire et elle est de plus en plus rare dans les rassemblements de voitures anciennes malgré sa modernité évidente et sa grande diffusion.

La genèse de la Simca 1100

Dans les années 60, Simca se penche sur une voiture pour son milieu de gamme. C’est encore Théodore Pigozzi, le fondateur, qui est aux manettes de Simca, mais supervisé Chrysler qui possède la marque à l’hirondelle.
Pigozzi veut une voiture moyenne avec traction avant et moteur avant transversal.

Le projet 928 est lancé. On la veut pratique, ni berline, ni break, de 6cv et de moins de 4m de long.
On fait appel au bureau de style de Poissy qui créé une voiture guère originale mais tout à fait dans la gamme Simca. Le moteur est un bloc Poissy, comme apparu sur la 1200 S, et la voiture repose sur 4 roues indépendantes, les freins avant sont à disque, l’arrière à tambour. Surtout, l’originalité vient du hayon.

Le premier millésime est le 1968, présenté au salon de Paris 1967. Une gamme complète est lancée, avec 3 berlines, deux breaks trois portes et un fourgon tôlé. Les voitures sont la LS (berline), toute simple, sans butoirs de pare-choc, sans enjoliveurs et sans baguette de ceinture de caisse. Ensuite la GL (berline et break) avec enjoliveurs, gouttières et ceinture de caisse et la GLS qui ajoute aux équipements de la GL un monogramme 1100 sur l’aile avant droite, baguettes de bas de caisse, entourage de passage de roues, sièges à dossiers inclinables, montre électrique, thermomètre d’eau.
Sur le plan technique, le moteur est le même sur tous les modèles. Le 1118 cm³ développe 56 ch à 5800 tr/min, alimenté par un carburateur Solex. La boîte 4 vitesses étudiée chez Porsche, la berline mesure 3.94 m, est large de 1.59m, le poids est compris entre 870 et 900 kg. La vitesse de pointe est de 140 km/h.

Les évolutions de la Simca 1100

La voiture évolue dès 1969 avec la commercialisation de la LS 5 CV, elle reçoit la 944 cm³ issu de la Simca 1100. Aucun ornement n’apparaît alors sur le photo. Les autres modèles de la gamme reçoivent un tableau de bord en imitation bois. La version break GLS, en trois portes, est remplacé par une version 5 portes. On propose en option une transmission semi-automatique.

En 1970 apparaît un nouvel intérieur avec compteurs ronds sur les GL et GLS, les interrupteurs sont à bascule, au lieu des tirettes. A l’extérieur, les lettres SIMCA disparaissent de la face avant et des badges rouges et noirs apparaissent à l’arrière.

1979_Simca_1100_VF2_Van_9004409743On améliore le freinage en 1971 mais surtout on accueille la Simca 1100 Spéciale avec son moteur de 75 ch, la sportive de la gamme.

Pour 1972, gros changement, l’arrière change et la cassure entre la vitre, agrandie pour l’occasion, et la tôle disparaît pour un arrière plus bombé. Le volant passe à trois branches et on améliore la boîte en mettant un pignon de seconde de meilleure conception. Une nouvelle camionnette apparaît, la VF2.

En 1973 on ajoute au catalogue la version TI. On sort alors un moteur puissant, celui de la Simca 1000 Rallye 2, 1294 cm³, 82 ch. La vitesse de pointe passe à 164 km/h sur ce modèle. Les sièges sont plus enveloppants, et la face avant se distingue par 6 projecteurs.
La même année, on dépasse le millionième exemplaire produit.

En 1974 on lance la LE et la GLE, qui reprennent le 5 cv avec les finitions es LS et GLS. Vu que le moteur n’accepte pas l’essence ordinaire, on le modifie et on en profite pour faire passer sa puissance à 54ch.

En 1975 on ajoute un pick-up au catalogue. Un nouveau tableau de bord à cadrans ronds apparaît et les poignées de porte sont encastrées.

On introduit une version Affaires et Société avec trois portes et un grand coffre pour 1976. En 1977 c’est la Talbot Horizon qui apparaît, la remplaçante de la 1100. On renforce aussi le circuit de freinage et on met un nouveau carburateur « indéréglable ». La Ti disparaît du catalogue.

Pour 1978 après le rachat par Peugeot, on laisse un peu de côté la 1100 malgré l’apparition de la VF3, un nouvel utilitaire. Pour 1979, ce sont des Simca-Talbot 1100 que l’on propose, la principale nouveauté c’est la présence de ceintures à l’arrière des voitures. Pour 1980, ce sont des Talbot 1100.

La voiture va progressivement disparaître, en 1981 pour la plupart des modèles, les VF et Pick-Up restant au catalogue jusqu’en 1985.

La Simca 1100 de nos jours

Parfait populaire, la voiture peut-être utilisée au quotidien. Côté points à surveiller, la corrosion, comme sur toutes les anciennes, mais aussi la boîte, souvent fragile et avec des synchros fragiles qui vous obligent à bien décomposer.

Les moteurs ont une tendance à se dérégler au niveau des culbuteurs, leur réglage est donc à faire tous les 5000 km sous peine d’avoir un bruit très présent dans l’habitacle.

Globalement ça freine bien et on est jamais surpris par le châssis. Le moteur de la 5cv est certes très creux, mais les autres versions peuvent même être vraiment sportives. Ce n’est pas pour rien qu’on retrouve des TI au Monté Carlo Historique.

Niveau prix, les premières roulantes, dans les bas de gamme commencent entre 1000 et 1500 €. Les version spéciales et TI peuvent, elles, atteindre les 7000 € !

Written by Benjamin

1 Comment
  1. Pat

    Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour supprimer un commentaire, connectez-vous et affichez les commentaires de cet article. Vous pourrez alors les modifier ou les supprimer.

Laisser un commentaire